LE TEMPS EST INCERTAIN MAIS ON JOUE QUAND MÊME ! est une compagnie codirigée par Camille de La GUILLONNIERE et Jessica VEDEL. La troupe est composée de 32 comédiens, issus de l’Ecole professionnelle Claude Mathieu, à Paris ou de l’Académie, École Nationale Supérieure de Théâtre du Limousin, de 3 techniciens (créateur lumière, créatrice costume et régisseur plateau) et d’une administratrice également chargée des relations publiques. Nous nous retrouvons autour de l’envie d’expériences théâtrales collectives, essayant de pousser chaque année plus loin notre recherche sur « l’acteur au présent » et « l’acteur artisan ». La compagnie s’attache à donner les pleins pouvoirs au texte, le plaçant au centre de son travail : l’émotion naît des mots et les acteurs doivent se laisser porter et dépasser par eux pour en redonner toute la profondeur au spectateur. Depuis 2006, la compagnie part avec une dizaine de comédiens, tous les mois de juillet et août sur les routes de la Région Pays de la Loire, à la rencontre du public dans plus d’une trentaine de communes.
 

C’est notre projet « LA TOURNÉE DES VILLAGES » !

Salut de LA CERISAIE

Salut « La cerisaie » au Château du Plessis-Macé – 2013


 
Trois grands noms du théâtre résument la ligne artistique de la compagnie :

- GROTOWSKI par le simple titre de son livre : « Vers un théâtre pauvre » : nous faisons et défendons un théâtre techniquement simple et volontairement avec peu de moyens.

- JEAN VILAR qui écrivait : « Ce qu’il faudrait de nos jours ? Voir disparaître au plus tôt cet « art de la mise en scène » considéré comme une fin. Réduire le spectacle à sa plus simple et difficile expression qui est le jeu scénique ou plus exactement le jeu de l’acteur ». Nous aimons placer l’acteur et le jeu au centre, le reste est au service du jeu. Ce sont les mots, le jeu et les corps dans l’espace qui concentrent la narration. Même lorsque l’espace se transforme, c’est toujours l’acteur qui le fait évoluer. Artisan du plateau, il joue mais il est aussi bruiteur, régisseur, sondier ou éclairagiste. L’art de l’acteur dans une troupe est de parvenir à raconter tous ensemble une même histoire. Cela passe par un état de service perpétuel du plateau, une concentration avec les partenaires (même sans être sur scène) et la recherche d’une unité de jeu. L’acteur n’est pas là pour défendre sa partition mais pour porter toute la pièce avec ses partenaires. C’est ce qu’on appelle « être et faire ensemble ».

- Enfin, JACQUES COPEAU qui a écrit : « Quand je prends une pièce de théâtre la question n’est pas de savoir ce que je vais en faire, la question est de savoir ce qu’elle va faire de moi ». Lorsque nous débutons le travail d’un texte, notre obsession est d’approcher au plus près de la pensée de l’auteur et de la musique de l’écriture. Cette attitude d’humilité place l’acteur en perpétuelle découverte, aussi bien de ce qui naît de son jeu que de ce qui se cache entre les lignes d’un texte.

« Mille francs de récompense » à Briollay - 2016

« Mille francs de récompense » à Briollay – 2016


 
2006 et 2007 : L’Orchestre de Jean Anouilh (pièce de 1962, France)
2008 : Après la pluie de Sergi Belbel (1993, Espagne)
2009 : Tango de Slawomir Mrozek (1965, Pologne)
2010 : La Noce de Bertolt Brecht (1919, Allemagne)
2011 : À tous ceux qui de Noëlle Renaude (1995, France)
2012 : Le Théâtre Ambulant Chopalovitch de Lioubomir Simovitch (1985, Serbie)
2013 : La Cerisaie d’Anton Tchekhov (1904, Russie)
2014 : L’Hôtel du Libre-Échange de Georges Feydeau (1894, France)
2015 : Cendrillon de Joël Pommerat (2011, France)
2016 : Mille francs de récompense de Victor Hugo (1866, France)
2017 : Danser à Lughnasa de Brian Friel (1990, Irlande)
2017 : (En salle) Eugénie Grandet ou l’argent domine les lois, la politique et les mœurs d’après l’œuvre d’Honoré de Balzac (1833, France)
2018 : Le Misanthrope de Molière (1666, France)


 

La Tournée des Villages =>